Comment bien entretenir ses gouttières ?

Vos gouttières prennent un coup de vieux ? Voici comment les entretenir, pour les garder en parfait état.

Poussé par le désir de vivre dans un environnement stable, le sédentaire de l’époque crée de nombreuses merveilles, au rang desquelles les gouttières. En effet, elles ne sont autres qu’un système d’évacuation d’eaux pluviales disposé le long des égouts d’un toit.

A la différence des gouttières médicales ou encore des pantalons-gouttières, ces dispositifs étaient jadis un grand luxe dont ne pouvaient se prévaloir que des personnes nanties. De même, de nombreux matériaux (cuivre, bois, tuiles, plomb, plastiques, etc.) se sont chevauchés dans leur création, avec des styles encore plus ingénieux.

Elles sont finalement devenues de vraies monnaies courantes. Dans nos villes comme dans nos campagnes, la grande majorité des habitations ont une installation de gouttières. Et si toute installation a besoin d’entretien, les gouttières aussi ! Ainsi, comment prendre grand soin de ses gouttières ? Quelle est la formule gagnante pour les maintenir en bon état ?

Eh bien, toutes vos questions sur l’entretien des gouttières trouveront solutions dans cet article. Quoi de mieux ! Il vous révélera ce que vous semblez ignorer sur le pourquoi, quand et comment entretenir vos gouttières.

entretien de gouttière

Pourquoi entretenir ses gouttières ?

Avant de vraiment se lancer dans le vif du sujet, intéressons-nous tout d’abord sur les raisons de prendre soin de nos gouttières. Vous pouvez certainement vous demander : « Mais pourquoi devoir entretenir ses gouttières » ? Eh bien, pas de souci, la réponse se trouve juste ici !

En effet, les gouttières ne reçoivent pas que des eaux de pluies. Il en est aussi des dépôts qui peuvent provenir de nulle part. Des feuilles, des débris, des matériaux de toutes sortes.

Ces particules peuvent conduire à une obturation des conduits d’évacuation d’eaux. Et, la forte accumulation de ces eaux peut causer de bien énormes dégâts. Par exemple : la prolifération de l’humidité dans les recoins de la maison ; des inondations ; un déversement des eaux le long des murs, ce qui pourrait à la longue affecter la fondation de la maison, et cette dernière en général.

Par ailleurs, l’entretien des gouttières assure également un prolongement de leur espérance de vie ! À la vérité, la présence des matériaux suscités dans vos gouttières peut fortement les endommager.

Ainsi, entretenir ses gouttières régulièrement n’est pas que nécessaire, mais aussi idéal pour sa poche ! Du fait que, les dommages qui peuvent résulter de la détérioration de ces matériaux, peuvent s’avérer en fin de compte très coûteux.

Et donc, maintenant que vous savez pourquoi vous devriez chouchouter vos gouttières, parlons des principaux critères que vous devriez mettre en application pour vous éviter de nombreux préjudices. Ici seront dévoilées quelques recommandations préalables dans l’entretien des gouttières.

Recommandations préalables dans l’entretien des gouttières.

Même s’il peut s’avérer évident, l’entretien des gouttières est tout même très risqué. Ainsi, on gagnerait à s’arrimer au principe de la prudence pour prévenir un maximum de dégâts. Encore et toujours, la prudence !

Dans ce sillage, veillez à éviter la précipitation au maximum. Éloignez-vous de toutes formes de distractions. Suivez à la lettre les conseils qui vous sont prodigués dans ce cas. Et, à la moindre hésitation, faites appel à l’avis d’un professionnel.

C’est important de savoir tout ce qui a été dit plus haut, pour pouvoir au mieux s’occuper de ses gouttières. Ainsi, et si on parlait à présent des précautions pour l’entretien des gouttières.

Précautions pour l’entretien des gouttières

Elles sont peut-être bien nombreuses, mais bon nous avons choisi les regrouper en quatre catégories. À savoir :

1 – Prendre de bonnes mesures de sécurité.

La sécurité est de mise à chaque fois qu’il s’agisse du nettoyage des gouttières. Si vous employez une échelle, veillez à ce que cette dernière soit disposée de manière équilibrée. Et dans ce cas, vous pouvez employer un écarteur de façade. Ne prenez surtout pas appui sur la gouttière au risque de la casser.

Par ailleurs, l’utilisation d’un échafaudage bien que plus coûteux, est tout de même plus sécurisant.

2 – Avoir un matériel adapté.

Pour le nettoyage de vos gouttières, veuillez prévoir les matériaux suivants :

  • Des gants ;
  • une brosse ;
  • une échelle/échafaudage ;
  • un harnais ;
  • un ou plusieurs seaux ;
  • une pelle à gouttières ;
  • un tuyau d’arrosage (manuel ou électrique) ;
  • un crochet ;
  • une pince à poignée.

Ou procurez-vous tout simplement un kit de nettoyage pour gouttières que vous trouverez généralement dans le commerce.

3 – Sécuriser l’accès aux gouttières.

C’est clair que vous ne vous envolerez pas jusqu’à vos gouttières pour les nettoyer ! Ainsi, qu’il soit que vous employiez une échelle ou un échafaudage, veillez à ce que celui-ci soit en bon état.

4 – La présence d’une tierce personne.

La présence en plus d’une ou de plusieurs personne(s) est très importante dans tout travail de nettoyage de gouttières. En effet, elle serait d’un apport majeur à l’assistance dans cette tâche.

En effet, cette personne peut améliorer la stabilité de l’échelle en l’arrêtant. Servir à passer deux ou trois trucs, en nous évitant de faire des allées et venues. Porter les premiers secours en cas d’accidents.

Le nettoyage des gouttières étape par étape.

Étape 1 : Rassembler le matériel de travail et revêtir des gants de protection.

Étape 2 : Installer l’un de ses dispositifs : échafaudage, échelle coulissante, échelle manuelle (avec un écarteur de façade).

Étape 3 : Installez un crochet sur votre gouttière et y accrocher un seau pour recueillir les déchets (afin de ne pas devoir les jeter sur le sol, ou même de faire des allées et retours qui pourraient s’avérer dangereux).

Étape 4 : Débarrasser les feuilles mortes et autres débris à l’aide de vos mains, d’une brosse et d’une pelle à gouttières; ou d’un nettoyeur à haute pression.

Étape 5 : À l’aide d’une brosse, nettoyez les éventuelles saletés visibles : mousses, crasses, moisissures, etc.

Étape 6 : Passez une grande couche d’eau grâce à un tuyau d’arrosage pour le rinçage de votre gouttière.

Étape 7 : Si vous constatez que l’eau stagne ou suinte, alors certainement les conduits sont bouchés ou la gouttière a des fuites. Ainsi, si vous avez la capacité de vérifier l’origine de la panne et de la réparer, vous pouvez soit déboucher les canalisations ou boucher les endroits de fuite (à l’aide du mastic par exemple), sinon faites appel à un professionnel.

Conseil Bonus : Le meilleur entretien des gouttières passe une inspection régulière de celles-ci, au moins deux fois l’an. Et encore plus en automne alors que les arbres se débarrassent de leurs feuilles. Si malgré tout ceci, votre gouttière est toujours défectueuse, n’hésitez pas à contacter un professionnel, elle a peut-être besoin d’être changée !

Après quoi, pour davantage vous faciliter la vie, vous pouvez opter pour l’installation d’un système de grillage (au niveau du toit), des pars-feuilles.

En conclusion

Avec la mise en pratique de ces conseils, eh bien, qui de nous manquera d’avoir des gouttières bien entretenues ? Personne ! Et même pour cela, vous n’avez pas vraiment besoin de nous remercier, vous le valez bien !

Quelles rénovations augmentent la valeur d’une maison ?

La rénovation des maisons aide les propriétaires et les investisseurs à valoriser leurs biens. Qu’il s’agisse de rénovations à des fins personnelles ou d’un grand lifting avant de mettre la maison en vente, elles peuvent faire des merveilles lorsqu’elles sont bien faites. De nos jours, les émissions de télévision informent le public sur le processus de transformation d’une maison délabrée en une véritable oeuvre d’art. Certains peuvent alors en penser que c’est une chose facile. Mais cela ne consiste pas simplement à réarranger les meubles, à redécorer les pièces, à éliminer les murs indésirables, à appliquer une nouvelle peinture… Il faut beaucoup de recherche et de patience pour réussir.

améliorations maison

Les lignes directrices d’une rénovation

Tout d’abord, la clé d’une rénovation réussie consiste à améliorer les parties de la maison qui attirent l’attention, du premier regard jusqu’à la fin de la visite. Une révision de la cuisine et de la salle de bains, une réparation de la porte d’entrée ou un nouveau look pour le jardin peuvent embellir n’importe quelle propriété. Ainsi, vous ne devez pas nécessairement vous fixer comme priorité de remplacer des articles ou des services qui ne sont pas évidents à l’œil nu, comme l’isolation des murs et des plafonds.

Ensuite, la maison doit être à la hauteur de l’esthétique des autres propriétés qui sont sur le marché. Sinon, vous risquez de perdre des acheteurs potentiels, ou vous pourriez vous retrouver piégé dans une période de vente plus lente, ce qui peut affecter sa valeur.

De plus, l’aspect général de la maison doit faire appel aux émotions de l’acheteur. Comment le savoir ? Voyez si un acheteur potentiel peut se voir habiter la maison telle quelle est, sans les rénovations, pendant les cinq prochaines années environ. Si elle est confortable et bien agencée, l’acheteur se dira qu’il voudra y emménager. Dans ce cas, ce vieil adage sonne vrai : les premières impressions sont toujours les bonnes.

Enfin, vous n’avez pas besoin de débourser beaucoup d’argent, d’autant plus que certaines améliorations n’en valent pas vraiment la peine. En règle générale, vous ne voulez pas payer plus de 2 % de la valeur de la propriété lorsque vous rénovez des pièces de grande valeur comme les cuisines et les salles de bains. Calculez vos dépenses et n’en faites pas trop. Une autre règle de base : s’efforcer d’obtenir un rendement de 2 euros pour chaque euro dépensé. Cela va sans dire, mais vous devrez vous méfier des améliorations médiocres ou insuffisantes.

Pour vous aider dans votre quête d’augmentation de la valeur de votre propriété, voici quelques unes des améliorations qui vous permettront de maximiser votre rendement à long terme.

La cuisine

Souvent appelée « le cœur d’une maison », la cuisine est l’une des pièces les plus prisées dans laquelle il vaut la peine d’investir. Elle ne nécessite généralement pas de rénovation complète comme une nouvelle couche de peinture, de nouveaux placards ou comptoirs, de nouvelles robinetteries. Une mise à niveau de la cuisinière et des autres appareils électriques feront généralement l’affaire.

De nos jours, les gens se penchent de plus en plus vers des cuisines ouvertes, où ils peuvent cuisiner, dîner et recevoir des invités dans un seul et même endroit. Si vous avez l’intention de profiter de cette tendance, mais que les murs vous en empêchent, il peut être judicieux de prendre le téléphone et d’appeler un professionnel pour les faire disparaître, si possible. Vous y consacrerez probablement au moins 500 euros (selon le projet), mais cela en vaut la peine. Cependant, comme les cuisines comportent de nombreux éléments, il est facile pour les propriétaires de dépasser le budget prévu. N’oubliez pas : gardez l’œil sur le prix lorsqu’il s’agit de rénovations, sinon vous risquez de ne récolter que la moitié de ce que vous semez.

Dans un autre ordre d’idées, le garde-manger est de nouveau en vogue dans les cuisines modernes. Il sert à ranger les ustensiles de cuisine à l’abri des regards en gardant un look classique et minimaliste.

La salle de bains

Une autre pièce qui gagnera certainement le cœur des clients potentiels, la salle de bains mérite certainement quelques améliorations.

Vous pouvez l’embellir en effectuant un travail sur la peinture et en remplaçant les anciens carreaux, les pommes de douche et les poignées par de nouvelles pièces qui présentent une esthétique moderne, tout en donnant à la pièce un aspect lumineux et propre.

Tout comme pour la cuisine, parce qu’une salle de bains est composée de plusieurs éléments, les propriétaires peuvent tomber dans le piège des dépenses excessives pour leur rénovation. Respirez et souvenez-vous qu’il n’est pas nécessaire de dépenser autant que vous ne le pensez pour donner vie à la pièce.

Les planchers

Un nouvel ensemble de planchers peut donner à votre maison un aspect propre, moderne et luxueux. Bien que cela puisse être coûteux, il faut absolument envisager d’utiliser du bois dur ou du carrelage plutôt que de la moquette, car ce type de revêtement peut automatiquement augmenter la valeur de la propriété.

Les tapis étaient autrefois présents dans toutes les maisons, mais non seulement ils ont tendance à absorber les odeurs et à les retenir, mais leur nettoyage peut être pénible pour certains, surtout si vous possédez des animaux domestiques. Cela dit, cela reste une excellente option pour les chambres, en raison de la chaleur et du confort que les tapis procurent.

La peinture

Une nouvelle couche de peinture à l’intérieur ou l’extérieur d’une maison est l’un des moyens les plus faciles et les moins chers de réaliser une rénovation d’ordre esthétique. Si vous décidez de suivre cette voie, de nombreux experts suggèrent qu’une palette neutre est un excellent moyen de rehausser l’aspect de l’intérieur, sans empêcher les acheteurs potentiels d’apprécier la qualité de la maison.

Le jardin

Un espace extérieur comme un patio peut donner aux futurs propriétaires des idées pour se prélasser ou se divertir à l’extérieur de la maison. Ainsi, si vous avez négligé votre jardin, il vaut peut-être la peine de le nettoyer et d’y ajouter quelques éléments si possible.

L’arrière-cour

En ce qui concerne l’arrière-cour, l’ajout de plantes peut instantanément apporter de la couleur et de la vie. La bonne nouvelle ? Vous pouvez le faire sans trop d’efforts ni d’argent. Donc, si vous n’avez pas encore commencé, c’est peut-être le bon moment pour lancer un projet de jardin.

Visitez la pépinière ou le magasin de plantes le plus proche de chez vous et commencez à ajouter des plantes, des arbustes et des arbres. Il faut juste se méfier d’être un peu trop enthousiaste, car les jardins complexes peuvent être difficiles à gérer pour ceux qui n’ont pas la main verte, y compris certains acheteurs potentiels.

Les gadgets technologiques

Certaines habitations ont des caractéristiques et des équipements qui sortent tout droit de la science-fiction. Bien que cela puisse être intimidant pour certains, cela peut certainement faire grimper la valeur d’une propriété.

Si vous pouvez vous le permettre, vous pouvez équiper votre maison d’appareils de haute technologie comme des systèmes de musique diffusés par des haut-parleurs au plafond, des appareils contrôlés par smartphone, ou un garage télécommandé.

Les améliorations qui n’augmentent pas la valeur marchande d’un bien immobilier

Voici quelques-unes des améliorations qui ne vous procureront qu’un rendement minimal par rapport aux milliers d’euros que vous avez dépensés :

  • une piscine,
  • les rénovations cachées (telles que l’isolation des murs et des plafonds, le double vitrage, les systèmes de climatisation, etc.),
  • les cuisines et salles de bains extravagantes,
  • les jardins complexes.

Comment faire disparaître la condensation dans un bâtiment ?

condensation bâtiment

L’humidité relative de l’air  !

La recherche du confort à l’intérieur de notre maison est l’objectif que nous poursuivons tous en rentrant chez nous. L’un des facteurs qui peuvent influencer pour ou contre l’atteinte de cet objectif est le pourcentage d’humidité dans la maison. Pour ce faire, nous devons contrôler l’humidité relative de l’air à l’intérieur du bâtiment. L’air contient une certaine quantité de vapeur d’eau en fonction de la température. Plus l’air est chaud, plus le degré d’humidité est élevé, de sorte qu’à mesure que la température diminue, l’humidité aussi. Baromètre d’humidité Cette relation entre la quantité de vapeur d’eau et la capacité maximale de cette même vapeur d’eau à cette température particulière de l’air est connue sous le nom d’humidité relative de l’air. Une humidité relative de 40 %, par exemple, signifie que l’air contient 40 % de l’humidité qui peut être supportée par cet air à cette température. Ce rapport signifie également que si la température de l’air augmente mais que l’humidité reste constante, l’humidité relative diminue L’humidité relative de l’air affecte le confort intérieur de notre maison, que le pourcentage soit élevé ou faible. Dans les cas où l’humidité relative de l’air est élevée, les gens peuvent ressentir un froid plus prononcé en hiver et une chaleur plus étouffante et collante en été. D’autre part, si l’humidité relative de l’air est faible, un air très sec, nous pouvons avoir des problèmes respiratoires et une sécheresse du nez et de la peau. En plus de ces désagréments causés par l’humidité relative de l’air, si elle est constamment élevée, il y a une possibilité d’apparition de moisissures et de bactéries qui peuvent provoquer des problèmes respiratoires et des réactions allergiques.

Comment maintenir un niveau d’humidité confortable ?

L’une des mesures les plus importantes pour éviter que la plage d’humidité n’augmente dangereusement est de veiller à ce que la maison soit bien ventilée. Habituellement, une dizaine de minutes par jour de ventilation de l’intérieur de la maison est plus que suffisante pour maintenir un niveau d’humidité confortable.

En cas de problèmes d’humidité élevée dans la maison en raison de l’emplacement du bâtiment ou de l’accumulation de vapeur pour diverses raisons, il existe des solutions faciles qui empêcheront que le problème d’humidité ne se perpétue dans la maison. Les pièces où l’humidité est la plus présente sont la salle de bain et la cuisine. Dans le cas où la salle de bain ne disposerait pas de sa propre méthode de ventilation, de fenêtres ou de portes vers l’extérieur, avec l’installation d’un simple ventilateur d’extraction, nous pourrions parvenir à maintenir l’humidité à distance. Dans le cas de la cuisine, deux conseils utiles pour éviter que le niveau d’humidité de l’air n’augmente sont l’utilisation de couvercles lors de la cuisson et l’activation de la hotte aspirante lorsque le feu est allumé.

En général, la plupart des gens sont à l’aise avec un taux d’humidité compris entre 30 et 80% tant que la température se situe entre 18 et 24 ºC. L’isolation thermique assure le maintien de la température de confort sans qu’il soit nécessaire d’augmenter les frais de chauffage et permet de ne pas augmenter considérablement la plage d’humidité à l’intérieur du logement.

Un autre problème dont la solution est un peu plus compliquée est celui de l’humidité de condensation. Cela se produit lorsque de l’air chaud et humide entre en contact avec une surface plus froide, ce qui fait que la température de rosée est atteinte et que des gouttelettes d’eau apparaissent sur les surfaces.Il existe de nombreux produits anti-humidité tels que les peintures anti-humidité, les sacs anti-humidité, les plaques anti-humidité, le ciment anti-humidité, etc… Toutes ces solutions pour combattre l’humidité peuvent empêcher son apparition pendant un certain temps mais le résultat final n’est pas celui escompté et les taches d’humidité finissent par réapparaître.

L’installation d’une isolation thermique

Dans de nombreux cas, l’humidité de condensation apparaît, car le bâtiment possède ce que l’on appelle une double façade, c’est-à-dire un espace où l’air circule librement entre la façade extérieure et la façade intérieure. L’installation d’une isolation thermique par insufflation permet d’éliminer cette « double façade » et donc la possibilité d’apparition d’humidité due à la condensation et les problèmes de santé qui en découlent.

De plus, avec l’installation d’une isolation thermique par insufflation, la maison obtient une série d’avantages :

  • Une meilleure santé à la maison
  • Élimination des moisissures et des champignons
  • Régulation de l’humidité
  • Des logements plus durables et mieux protégés

Comment planifier la rénovation de sa maison ?

Quel est le montant exact à dépenser pour votre rénovation ? Les gens veulent souvent savoir quelle est la meilleure façon d’investir leurs fonds durement gagnés dans leur principal actif, leur propre maison. Malheureusement, il est difficile de trouver une solution unique pour la simple raison qu’il n’y pas un seul marché avec un seul ensemble de prix.

planification rénovation

C’est là que réside la première partie de la résolution du problème. A côté de votre propriété se trouvent de nombreuses autres propriétés en divers états de réparation qui sont achetées, vendues ou quelque part entre les deux et dans lesquelles vous disposez d’une surabondance de données précieuses. Regardez les propriétés, comme la vôtre dans votre région, qui se sont vendues au prix le plus élevé. Il peut s’agir d’une cuisine design, d’un garde-manger de majordome, d’un deuxième niveau, d’une chambre ou d’une salle de bain supplémentaire, d’une piscine, d’un garage ou de quelque chose d’autre qui le place au-dessus du marché. C’est sur ces différences que vous devez vous concentrer. Notez les détails dans les maisons chères. Mais ce n’est qu’une partie du processus. L’étape suivante consiste à évaluer le coût des travaux d’amélioration de votre maison, en se référant aux données que vous avez recueillies.

Comment évaluer les coûts d’une rénovation ?

Si vous prenez le prix d’une maison de comparaison coûteuse et que vous le déduisez de la valeur actuelle de votre maison, il vous restera ce que vous pouvez vous permettre de dépenser, comme équation de base. Si vous prévoyez de faire des bénéfices, vous devez également soustraire de cette somme le bénéfice que vous vous proposez de réaliser et les coûts de vente associés.

La meilleure façon de déterminer la bonne dépense pour vous est, encore une fois, de la comparer au groupe de dépenses le plus cher dans vos régions. S’ils ont des plan de travail Caesarstone, par exemple, alors c’est votre base de référence. Mais s’ils ont de la pierre naturelle, vous devriez peut-être y songer. En examinant les maisons en détail, pour des éléments tels que les robinets, les poignées, le type et la qualité du revêtement de sol, les revêtements de fenêtres et les aménagements extérieurs, vous obtiendrez le meilleur guide sur ce à quoi répond le marché de votre région.

Tout est dans la planification

Si vous ne pouvez pas améliorer toute votre cuisine, la rénovation des poignées, des portes, des banquettes et des dosserets peut donner d’énormes résultats. Les salles de bain sont peut-être les rénovations les plus problématiques.

La rénovation d’une salle de bains nécessite un grand nombre de métiers : des menuisiers, des plombiers, des électriciens, des spécialistes de l’étanchéité, des carreleurs, des vitriers, voire des fournisseurs de fenêtres et de lucarnes, de sorte que les salles de bains ont un coût de main-d’oeuvre élevé qui est inévitable. Économiser ou faire des folies sur les carreaux, les robinets et les inclusions de salle de bain peut être le facteur qui rend votre salle de bain économique ou exagérée, alors choisissez judicieusement et en fonction de votre budget.

Des carreaux de salle de bains bon marché peuvent être achetés pour seulement 10 euros le mètre carré. Les carreaux de milieu de gamme devraient se situer entre 35 et 85 euros le mètre carré, les carreaux chers commençant à 100 euros et allant jusqu’à plusieurs centaines d’euros le mètre carré.

Inertie thermique des matériaux de construction : le point

L’inertie thermique des matériaux de construction consiste en la capacité de stocker la chaleur. Une propriété qui, si elle est bien exploitée, peut servir de stratégie passive pour stabiliser la température dans les espaces intérieurs. De cette façon, nous pouvons éviter l’utilisation de systèmes de support mécaniques. Mais pour comprendre ce qu’est l’inertie thermique des matériaux de construction et de quoi dépend leur utilisation, nous devons prendre en compte certains facteurs.

inertie materiaux construction

Comment tirer profit de l’inertie thermique des matériaux de construction ?

L’inertie thermique des matériaux de construction est une ressource utile pour la conception passive des bâtiments. Son utilisation dépendra du climat dans lequel le bâtiment est situé, de l’utilisation du bâtiment, de l’emplacement du matériau et de sa capacité plus ou moins grande à stocker la chaleur.

Le climat

L’inertie thermique est particulièrement utile dans les climats présentant des gradients de température importants entre le jour et la nuit. Pendant la journée, le matériau absorbe la chaleur du rayonnement solaire et/ou des sources de chaleur internes. Lorsque la température baisse et que le soleil se couche, cette chaleur est lentement libérée. Il en résulte un décalage entre la température extérieure et intérieure la plus élevée, qui peut aller jusqu’à 12 heures. Si le temps est plus chaud, cette chaleur peut être dissipée la nuit sous forme de ventilation nocturne pour éviter une surchauffe indésirable. Dans les climats plus froids, en revanche, la chaleur dégagée est utilisée pour maintenir la température de confort à l’intérieur.

L’utilisation du bâtiment

L’aptitude à construire avec des matériaux à plus forte inertie thermique et donc « plus lourds » dépend de l’utilisation du bâtiment. En d’autres termes, les bâtiments peuvent être destinés à un usage continu, comme une maison ou un hôpital, ou à un usage intermittent, comme un centre sportif ou un marché. Dans le premier cas, il est intéressant d’utiliser des matériaux à forte inertie thermique pour maintenir une température constante à l’intérieur, même s’il faut plus de temps pour atteindre la température de confort. Une utilisation intermittente exige une réponse rapide pour son conditionnement, donc dans ce cas l’inertie thermique n’est pas intéressante et ce sont généralement des constructions plus légères mais pas moins isolées.

La localisation du matériel

Les matériaux de construction à forte inertie thermique peuvent être situés à l’extérieur et/ou à l’intérieur. Dans le premier cas, pour accumuler la chaleur du rayonnement solaire. Dans le second cas, exposé à des sources de chaleur internes ou à des gains solaires par des ouvertures vitrées. Nous parlons de sources internes, c’est-à-dire de l’activité des personnes, des dispositifs d’éclairage ou de dégagement de chaleur et des équipements en fonctionnement.

La capacité à stocker la chaleur

L’inertie thermique des matériaux de construction est directement liée à l’énergie sous forme de chaleur qui peut être accumulée. Cette quantité de chaleur peut être quantifiée objectivement et sa valeur dépend de trois facteurs : la densité du matériau, la chaleur spécifique et l’épaisseur. Plus la valeur de chacun d’entre eux est grande, plus l’inertie thermique est importante, plus la chaleur accumulée par unité de surface est importante.

Conclusion

Également connue sous le nom de masse thermique, l’inertie thermique est un concept souvent confondu avec la capacité d’isolation thermique. Pas du tout. En ce sens, la connaissance et la compréhension des ressources à notre disposition sont fondamentales pour la conception de bâtiments efficaces. En bref, des stratégies de conception passive telles que l’inertie thermique, qui permettent d’atteindre le plus haut degré de confort thermique dans les espaces intérieurs sans avoir à recourir à des équipements mécaniques consommateurs d’énergie.

Comment réparer les soffites de toiture ?

La réparation rapide des soffites peut éviter d’endommager davantage la toiture. Les soffites négligés peuvent être un refuge pour les petits animaux, les insectes et la pourriture qui peuvent créer des problèmes dans la structure globale de la maison.

réparer soffites

Les types de dommages liés aux soffites

Avant de commencer la réparation d’un soffite, il est important d’identifier et de rectifier ce qui a causé les dommages au soffite.

La pourriture

Il est rare de trouver de la pourriture humide sur un soffite bien protégé. Cependant, la pourriture sèche et la dégradation causée par les champignons, peuvent être un problème pour les soffites en bois. Pour traiter ce problème, le bois touché doit être enlevé et les zones environnantes peintes avec un produit d’étanchéité qui tue les champignons.

Les dommages causés par les insectes

Les dégâts causés par les insectes doivent être traités par un insecticide avant toute tentative de réparation. Une fois de plus, l’enlèvement du bois touché et le traitement des zones environnantes sont essentiels pour éviter de nouveaux dégâts.

Les fissures

Les fissures dans un soffite en vinyle sont causées par des températures très basses ou par un choc. Les fissures dans le bois peuvent être causées par un bois mal séché ou par des climats extrêmes. Dans les deux cas, le soffite touché peut être remplacé sans autre intervention.

Les petits animaux

Les petits trous ou fissures dans un soffite sont souvent élargis par des animaux tels que les oiseaux, les souris et les écureuils. Ils se nichent dans les chevrons et peuvent endommager les éléments de la structure. L’enlèvement des matériaux de nidification et une réparation rapide permettront d’éviter des dommages importants.

Comment réparer les soffites en vinyle ?

Réparer un soffite en vinyle est une réparation simple à faire, surtout si vous savez déjà comment installer un revêtement en vinyle. Pour remplacer le soffite, il faudra un équipement spécialisé pour séparer les panneaux de bardage. Voici comment y procéder.

Supprimez les panneaux endommagés

Il est souvent plus facile de retirer un panneau entier plutôt que de découper la zone endommagée. Pour accomplir cette tâche, le soffite doit être retiré des canaux qui le maintiennent en place.

Installez les nouveaux soffites

Assurez-vous que le panneau de soffite de remplacement correspond au panneau qui a été enlevé. Ensuite, placez le nouveau panneau dans les canaux à l’extérieur de la maison. Utilisez l’outil spécialisé pour verrouiller les bords des panneaux en place avec les panneaux environnants.

Comment réparer les soffites en bois ?

Bien que la réparation d’un soffite en bois soit légèrement plus difficile que le remplacement d’un soffite en vinyle, c’est quand même un travail raisonnable qu’un propriétaire peut entreprendre sans aide professionnelle. Voici comment vous allez faire.

Supprimez la zone endommagée

Commencez par enlever toute moulure sur le le mur extérieur de la maison qui est adjacent au soffite. A l’aide d’une scie sauteuse, découpez la partie endommagée du soffite, créant ainsi un trou rectangulaire à réparer. Veillez à couper le plus près possible des bords du chevron et du guetteur de chevrons. Si le soffite est fait de bois à rainures et languettes, il est important de faire un trou qui suit les rainures du bois.

Le rapiéçage du soffite

Ajoutez des bandes de clouage sur les bords du trou dans le soffite, en les fixant aux chevrons ou aux belvédères de chevrons. Mesurez soigneusement le trou et découpez un morceau pour l’adapter. La pièce doit être légèrement plus petite que le trou, pour permettre l’expansion. Il faut veiller à faire correspondre une languette et une rainure au soffite existant. Clouez ou vissez la pièce en place.

Les touches finales

Remplissez les espaces entre la pièce et le soffite environnant avec du calfeutrage acrylique. Lissez les lignes de calfeutrage avant que cela ne durcisse. Laissez le sécher, puis apprêtez et peignez la pièce pour qu’elle corresponde l’ensemble.

Quelques mises en garde

Avant de rapiécer les soffites, jetez un coup d’œil à l’extérieur de la maison. Si l’extérieur de la maison est généralement en mauvais état, pensez à contacter un professionnel pour remplacer l’ensemble du soffite et de l’extérieur.

Un soffite est souvent remplacé lorsqu’une maison est revêtue ou lorsque d’autres rénovations extérieures sont effectuées. Les propriétaires qui ne sont pas à l’aise pour travailler sur une échelle devraient également envisager sérieusement l’aide d’un professionnel.

Comment isoler un garage ?

Comme l’isolation des combles, isoler un garage ou un parking permet d’éviter que le froid ou la chaleur ne pénètre dans votre maison. Nous vous recommandons la technique de projection humide, soit avec de la cellulose, soit avec du mortier de laine de roche. C’est une solution facile à utiliser, sans travaux de construction et d’application rapide.

isolation du garage

Nous faisons référence aux zones de garages ou de parkings appelées zones « non chauffées », qui ne sont pas des pièces de vie comme une chambre, un salon ou une véranda. L’isolation de ces zones, qui sont incluses dans le concept de planchers bas ( c’est-à-dire les toits des maisons qui coïncident, dans les maisons collectives, avec les aires de stationnement, ou les locaux commerciaux, les aires de stationnement qui coïncident avec l’extérieur) est très importante, car si elles ne sont pas correctement isolées, les pertes d’énergie de la maison augmenteront. On estime que 10% de l’énergie consommée dans la maison pour nous chauffer est perdue à travers ce type de dalles qui coïncident avec les garages ou les parkings. Parmi les différentes techniques d’isolation du parking, nous recommandons la technique d’isolation par projection d’eau, qui présente de grandes performances thermiques et protège également contre le feu.

La pulvérisation humide

La pulvérisation humide consiste à appliquer des matériaux isolants qui adhèrent à la zone appliquée, en les humidifiant pour qu’ils puissent se fixer et adhérer correctement. Les matériaux habituellement utilisés dépendent du type d’installation : cellulose, mortier de laine de roche ou système de Spray peuvent être utilisés. La pulvérisation humide, comme son nom l’indique, nécessite l’utilisation d’eau pour son application. Le produit à appliquer (cellulose ou laine de roche) est mélangé avec de l’eau dans une buse et on obtient ainsi que le matériau reste collé à la surface La conception est une solution logique dans un garage où l’esthétique n’est pas aussi importante que dans une pièce de vie de la maison, auquel cas nous voyons plus de logique dans l’utilisation d’autres techniques telles que l’isolation par soufflage, à l’intérieur ou à l’extérieur, de la chambre à air. Comme l’isolation de ces parkings est courante, non seulement elle est isolée thermiquement, mais le bâtiment bénéficie d’une résistance au feu comprise entre 30 et 240 minutes, ce qui présente un double avantage. Les systèmes de pulvérisation par voie humide sont très économiques et efficaces car ils sont appliqués rapidement avec des rendements d’application allant jusqu’à 500 m2 par jour, ce qui permet de réduire les coûts.

Pulvérisation humide de la cellulose

La pulvérisation de cellulose humide a une grande performance thermique car la cellulose est un excellent matériau contre le froid, grâce à sa faible conductivité thermique et à sa densité d’application équilibrée qui protègera votre garage dans les zones de grand froid. C’est également un excellent isolant contre la chaleur estivale, car il possède une caractéristique très importante, sa chaleur spécifique élevée en tant que matériau, qui lui confère les caractéristiques contre la chaleur estivale propres aux isolants organiques, puisqu’il présente un grand écart thermique et qu’il faut de nombreuses heures pour transférer la chaleur. En ce qui concerne son comportement au feu, la cellulose d’une épaisseur de 100 mm ou plus a un classement au feu de B-s2, d0. Cela indique que la cellulose a une bonne réaction au feu (proche de l’ininflammabilité), une émission modérée de fumée et ne dégage pas de gouttelettes ou de particules persistantes en flammes. La cellulose d’une épaisseur inférieure à 100 mm a une résistance au feu de classe Euro E. La classe E, la lettre E, implique que le matériau, la cellulose dans ce cas, résiste à une brève attaque de petites flammes avec une propagation limitée de la flamme.

Projection humide de mortier de laine de roche

La laine de roche comme isolant est obtenue à partir de roches volcaniques chauffées dans des fours spécifiques à 1600 degrés centigrades produisant des fibres capables de contenir de l’air immobile à l’intérieur, ce qui lui confère ses caractéristiques d’isolation thermique. Il est également capable de résister à des températures allant jusqu’à 1000°C sans fondre, ce qui explique son excellente tenue au feu. Le mortier de laine de roche projetée est composé de particules de laine minérale provenant de roches basaltiques, de liants hydrauliques inorganiques et d’additifs anti-poussière. Il ne contient pas d’amiante ni d’autres produits nocifs. Et il est non toxique et non pathogène.

Que faire avant d’acheter une maison avec travaux ?

Le plâtre floral qui se dégrade, le trou que vous deviez enjamber pour passer dans le couloir, et cette cuisine triste… Si on vous demande si vous avez envie de jeter un autre coup d’œil dans la salle de bain inexistante, vous devrez peut-être reconsidérer votre décision. Mais trouver un entrepreneur pour rénover la maison est une question potentielle pour ne pas se ruiner. Voici donc les huit conseils pour savoir quand une maison qui semble s’effondrer est en réalité le début d’un investissement idéal.

conseils maison à rénover

Une bonne étude de l’emplacement

Si la propriété est une horreur pour vos yeux comparée à toutes les autres jolies maisons qui embellissent la rue, elle n’en a peut-être pas l’air mais vous êtes probablement tombé sur un trésor qui pourrait vous rapporter gros.

Découvrez la zone dans laquelle se trouve la maison et familiarisez-vous avec les chiffres de vente récents d’autres propriétés dans les environs. Comprendre la demande du marché de la banlieue vous permettra de savoir dans quelle mesure votre retour sur investissement sera prometteur une fois que vous aurez rénové la propriété et l’aurez mise sur le marché. L’emplacement de votre maison peut être une bonne opportunité de vente.

La confiance au potentiel de la maison

Voir le potentiel, c’est regarder au-delà des intérieurs ternes ou de ce qui serait considéré comme « dépassé ». Une moquette orange vif, des parties inégales et des taches sur les murs sont autant de simples réparations cosmétiques qui ne vont pas faire souffrir votre budget. On dit que plus la maison est laide, moins elle suscite d’intérêt de la part des autres acheteurs. Une concurrence réduite signifie également plus de chances de négocier un meilleur prix avec le vendeur.

Les travaux de structure ou de fondation, à éviter

Soyez conscient de tout problème de structure ou de fondation de la propriété, car ceux-ci peuvent devenir coûteux et entraver les futures rénovations. Il s’agit notamment de l’humidité dans le sous-sol, du fait que le bâtiment est incliné de loin, que le sol se détache des murs et que le toit s’effondre ou est gravement endommagé.

La découverte d’un bon aménagement

En vous promenant dans la propriété, soyez conscient de la disposition des lieux, notamment de l’emplacement des murs et de la façon dont chaque pièce se fond dans la suivante. La configuration intérieure de la propriété va dicter également la quantité de lumière qui remplira l’espace. Plus il y a de lumière, mieux c’est.

Trouver un aménagement existant qui correspond déjà à vos idées de rénovation et qui est le plus conforme à vos projets vous permettra d’économiser des milliers d’euros. Cependant, il est également possible d’abattre des murs pour créer un espace plus ouvert si c’est ce que vous avez envisagé ou de tirer profit de la lumière naturelle pour améliorer l’espace. Mais il faut garder à l’esprit que ces modifications et ces améliorations sont considérées comme un peu plus coûteuses.

La vérification des normes de rénovation

L’abattage des murs peut rapidement et spontanément déboucher sur la construction de nouveaux murs. Bien que la plupart des projets de rénovation de maisons ne nécessitent pas d’autorisation de construire au niveau local, si vous souhaitez ajouter un étage ou agrandir la surface habitable de quelques mètres dans le jardin, il est conseillé de vous renseigner auprès du conseil local sur les normes et les exigences en matière de permis de construire.

Il est préférable de trouver un bien qui correspond déjà à vos intérêts, car cela peut réduire le temps de rénovation et vous éviter de vous ruiner.

La rénovation de l’espace

Cela pourrait être aussi simple que de transformer un vieux placard à balais de cuisine en un garde-manger spacieux avec des étagères et des compartiments pratiques, mais cela peut aussi s’étendre à la transformation du grenier d’un espace de rangement poussiéreux en un bureau privé et contemporain.

La redéfinition de certaines zones de la propriété et leur rénovation pour répondre à une nouvelle utilisation peuvent ajouter de la valeur à la revente, surtout si vous pouvez aménager une autre chambre, ce qui pourrait par exemple être fait avec un solarium à l’arrière.

Les portes et les fenêtres

Vérifiez l’état des portes et des fenêtres, car leur remplacement complet coûtera probablement plus cher que prévu. Il peut être bien plus rentable de procéder à de simples améliorations esthétiques, comme une couche de peinture et le remplacement des charnières et des poignées, que de devoir commander des portes entièrement neuves.

La notoriété sur le marché

En plus de savoir combien les maisons environnantes de la banlieue se sont vendues, il est bon de demander à l’agent immobilier quels types de propriétés sont les plus populaires. Il est peut-être préférable de trouver une maison de deux ou trois chambres à coucher, si la banlieue et celles qui l’entourent sont très populaires auprès des familles. Il se peut aussi que vous n’ayez besoin que d’une ou deux chambres à coucher, car la propriété est très proche de la ville et a plus de chances d’attirer les couples qui travaillent.

L’objectif est d’envisager ce que peut devenir un bien immobilier et le fait d’en trouver un qui soit le plus structurellement orienté vers ce que les acheteurs sont susceptibles de vouloir. Cela rendra le processus de rénovation plus facile sur le plan budgétaire et augmentera les chances d’obtenir un meilleur rendement financier le jour de la vente.

Que sont les ponts thermiques ?

En termes simples, un pont thermique est un puits de chaleur. Un « défaut technique » dans l’enveloppe thermique du bâtiment, par lequel se produisent des pertes ou des gains de chaleur qui impliquent logiquement un gaspillage de l’énergie consommée pour chauffer ou refroidir les espaces intérieurs. Les ponts thermiques influencent donc l’efficacité énergétique des bâtiments. En effet, elles ont une incidence sur la demande de chauffage et de refroidissement. En fait, ils sont envisagés dans les règlements sur les économies d’énergie, qui est applicable au développement de projets architecturaux.

ponts thermiques maison

Pour commencer, il convient de noter qu’un pont thermique est défini selon une variation de l’uniformité de la construction. Cela signifie qu’un pont thermique existe lorsqu’une des circonstances suivantes se produit :

  • Un changement dans la partie constructive de l’enceinte. Soit par une modification de l’épaisseur et/ou de la composition matérielle de l’élément de construction. Il est courant de trouver des façades composées de différentes finitions, par exemple en combinant un parement de briques de parement avec un parement de briques creuses ou perforées avec une finition monocouche.
  • La pénétration complète ou partielle d’éléments structurels dans les enceintes avec des performances thermiques différentes. Les cas les plus fréquents sont les piliers ou les façades en dalles qui interrompent l’isolation thermique de la façade.
  • Une modification de la géométrie de l’enceinte, comme cela se produit aux angles ou aux joints entre les éléments de l’enceinte, par exemple, les façades avec des débords ou avec des toits, entre autres.

Types de ponts thermiques

Les différents types de ponts thermiques sont donc : pilier intégré à la façade, pilier dans l’angle, contour d’ouverture, caisson de volet, rencontre de la façade avec le sol, avec le toit, avec le sol en contact avec l’air et avec le sol.

Solutions pour les ponts thermiques les plus courants

Il a été prouvé que l’effet négatif des ponts thermiques est déclenché dans les bâtiments ayant une enveloppe thermique hautement isolée et où les pertes de chaleur associées à la ventilation pour la qualité de l’air sont très faibles. La solution consiste à réduire la valeur de sa transmission thermique comme stratégie de base. Et c’est en fait l’un des cinq piliers fondamentaux des normes en vigueurs. Dans ce cas, en limitant sa transmission à une valeur maximale de 0,01 W/mK. Les stratégies les plus habituelles varient selon qu’il s’agit d’une nouvelle construction ou d’une réhabilitation de bâtiments existants moins efficace. En tout état de cause, l’objectif commun à tous, d’une manière ou d’une autre, consiste à garantir dans la mesure du possible la continuité de l’isolant thermique dans toute l’enveloppe thermique du bâtiment et même l’uniformité de la valeur de la transmission thermique de chacune des enceintes. Il est également conseillé d’utiliser des cadres de menuiserie à rupture de pont thermique ou d’éviter l’installation de coffres de volets comme systèmes d’obscurcissement en optant pour d’autres alternatives offertes par le marché et plus efficaces, comme les volets.

En conclusion, nous pouvons dire que les stratégies clés pour apporter des solutions aux ponts thermiques impliquent une conception correcte de l’enceinte et un contrôle exhaustif de l’exécution des travaux. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons garantir que les ponts thermiques sont réduits au minimum. Fondamentalement pour éviter les pertes d’énergie indésirables. Mais aussi pour réduire le risque de formation de condensation et donc de moisissure dans ces ponts thermiques.  Cela affecte non seulement le confort thermique mais aussi la qualité de l’air intérieur.

Quelles sont les erreurs courantes de rénovation et comment les éviter ?

Les émissions de rénovation de maisons donnent l’impression que c’est facile, mais une seule erreur peut facilement tourner au désastre. Comment éviter d’en commettre ?

erreur de renovation

Ne faites pas exploser le budget

Le dépassement de budget est probablement l’erreur la plus courante lorsqu’il s’agit de rénover des logements. La plupart sont dues à un manque d’expérience et de compréhension du processus. Préparez un budget avant de commencer à travailler et mettez de côté des fonds d’urgence suffisants pour couvrir les dépenses imprévues, par exemple la découverte de l’amiante. Il est conseillé de discuter du budget avec un architecte, un designer ou un constructeur avant de rénover, afin de modifier l’étendue des travaux si nécessaire. C’est mieux que de se retrouver à court d’argent à mi-chemin.

Soyez prêt

Avant de commencer votre rénovation, informez-vous. Regardez dans les magazines, allez voir les maisons d’exposition pour trouver des idées. Prenez des notes et des photos.

Si on n’a pas du tout réfléchi à ce qu’on veut obtenir en termes d’apparence et de confort, on peut se retrouver avec une vision de l’architecte, du concepteur ou du constructeur qui ne ressemble en rien à ce qu’on a pensé.

Choisissez les bons professionnels

Faites appel à un professionnel dès le début. Cela vous évitera de faire des erreurs de conception et de style, de gaspiller de l’argent et du temps.

Demandez quels sont les professionnels qui doivent être impliqués et où les trouver. Les recommandations de votre famille et de vos amis ne vous mèneront pas loin. Demandez-vous si les normes de construction de votre ami sont les mêmes que les vôtres. Allez voir le travail réalisé par l’architecte, le concepteur et le constructeur. Est-ce à la hauteur de vos attentes ? Le bon professionnel sera différent pour chaque personne, en fonction non seulement de son budget mais aussi de la qualité de finition qu’elle attend.

N’apportez pas de modifications majeures à la maquette sans faire appel à un architecte. Faire des rénovations structurelles sans conception professionnelle est une grosse erreur.

Trop souvent, on voit des maisons rénovées dont l’agencement laisse à désirer, allant d’un plan d’étage qui ne semble pas correct à des travaux bâclés où les chambres et les salles de bain ne sont pas dans les pièces à vivre, à un mauvais rapport salon/chambre à coucher et, pire encore, à des chambres qui sont des « artères ». Un bon architecte peut manipuler l’espace et la lumière pour créer une maison qui soit belle à la fois dans sa forme et dans sa fonction.

Faites le tour du marché

Beaucoup de gens se laissent emporter par l’idée de devoir tout avoir maintenant. C’est incroyable la différence entre les devis et les prix.

Déménagez

Il vous est vivement recommandé de déménager, même si c’est pour squatter un membre de la famille modeste.

Évitez les dépenses inutiles

Le fait d’exagérer avec des caractéristiques et des finitions de haute qualité peut conduire à des dépenses inutiles. Une piscine peut par exemple en être une. Elle apporte rarement une valeur ajoutée, contrairement à ce que l’industrie des piscines vous dirait. Les gens les aiment ou les détestent mais en tout cas, la plupart ne veulent pas payer plus cher pour une piscine.

Ne rénovez pas à votre goût

Ne choisissez pas des finitions permanentes comme les carreaux et le verre dans des couleurs et des motifs très individuels. Si vous avez absolument envie d’un spa ou de robinets plaqués or, vous devez comprendre qu’il est très peu probable que vous récupériez le capital investi lorsque vous vendrez la propriété. Les caractéristiques de luxe ne sont que cela, un luxe.

Ne risquez pas votre santé

Ces dernières années, la rénovation est la principale cause de maladies liées à l’amiante. De nombreux rénovateurs bricoleurs s’exposent sans le savoir avec leurs familles, aux fibres mortelles. Certaines personnes peuvent savoir que des produits comme les revêtements muraux en fibre peuvent contenir de l’amiante, mais on en trouve aussi dans de nombreux produits moins connus comme les carreaux de sol en vinyle, le support de vieux tapis, la colle noire, et ainsi de suite. Aussi, avant de déchirer, sabler, couper, écraser, forer ou démolir quoi que ce soit vous-même, faites vos recherches pour savoir à quoi vous avez affaire.